Elçim Özdemir

Née à Ankara (Turquie), Elçim Özdemir commence l’apprentissage de l’alto à l’âge de 10 ans. D’emblée, elle est fascinée par la sonorité spécifique de l’instrument, sombre et puissante, et décide de devenir altiste. Elle termine ses études au conservatoire de sa ville natale avant de les poursuivre, dans le cadre d’un cycle de perfectionnement, au Conservatoire national supérieur de musique de Lyon, dans la classe de Tasso Adamopoulos.

Pour cette musicienne, son instrument occupe une place importante dans l’orchestre, au centre géographique de celui-ci, plongé dans la musique qui émane alentour : moins exposé que les autres instruments, l’alto sert de lien entre les tonalités des différents pupitres et apporte une touche obscure à l’ensemble musical.

Membre de diverses formations de musique de chambre, elle a l’opportunité de jouer dans de nombreux festivals et se produit également en tant que soliste lors de concerts à travers le monde transmis à la radio et à la télévision.

Elle est engagée par l’Orchestre national de Lyon puis intègre l’Orchestre de la Suisse Romande en tant que premier soliste en 1998, une position qu’elle occupe jusqu’à présent. Parallèlement à ses activités à l’OSR, Elçim Özdemir a toujours été attirée par la pédagogie: elle enseigne ainsi au Conservatoire de Genève, au CNSM de Lyon.

Ayant quitté son pays d’origine très tôt, Elçim Özdemir souhaite désormais renouer avec ses racines: c’est ce qui la conduit à étudier la musique du compositeur turc Ahmet Adnan Saygun qui, comme beaucoup de compositeurs de son époque, fut fasciné par la musique folklorique de son pays. Elçim Özdemir prépare son Concerto pour alto qu’elle interprétera prochainement en Turquie.